Notre carrosse du Pacifique

Sydney 00

Jour 137 à jour 141
du mardi 26 au samedi 30 novembre 2013

14h35, heure de Sydney, nous nous posons et c’est enfin la dernière étape de nos 5 jours infinis de transhumance vers le sud. L’étape suivante est d’aller récupérer notre 4×4 qui nous attend depuis une petite quinzaine de jours, non loin de l’aéroport… Mais au fait, ”notre 4×4”, c’est à dire ?

Retour vers le futur…
… au Cambodge

Oui, revenons quelques épisodes en arrière, et arrêtons-nous au Cambodge sur le trajet en mini-bus pour les temples d’Angkor, fin octobre. Nous étions alors en pleine reflexion pour savoir s’il valait mieux acheter ou louer un 4×4 pour notre périple australien. Pour vous donner une idée, la location d’un 4×4 sur 50 jours était un tout petit peu en dessous des 5000 € ! Cher… Du coup, puisque Rodolphe avait déjà vécu en Australie, disposait d’un compte bancaire sur place et avait déjà acheté une voiture auparavant, on s’est dit qu’acheter un 4×4 nous permettrait au moins de le revendre ensuite, réalisant ainsi une potentielle belle économie ! C’est alors dans ce fameux mini-bus cambodgien qui, souvenez-vous, était équipé du WiFi, que nous commençons à parcourir les annonces de 4×4 déjà tout équipés pour camper.

Ce n’est que quelques jours plus tard, entre les éléphants du Mondolkiri et une chute malheureuse de scooter, que nous jetterons notre dévolu sur LE 4×4 de nos rêves, disponible à Sydney. Complètement équipé pour camper, disposant d’une tente de toit, moteur diesel Toyota, et pas trop de kilomètres au compteur, bref, c’est le véhicule parfait pour nous et dans notre budget, à 7900 $. Nous essayons de contacter le vendeur mais impossible, le site australien de petites annonces Gumtree coupe tout ce qui vient de l’étranger afin d’éviter les arnaques…

…en Thaïlande

Nous sommes maintenant sur l’île de Ko Samui en Thaïlande et grâce à un ami australien qui nous envoie le numéro de téléphone de l’annonce par email (puisqu’il peut le voir, lui), nous arrivons enfin à contacter Ash, le vendeur de ce bijou sur roues. Entre temps, il y aura eu quelques rebondissements : l’annonce de la voiture qui disparait de Sydney, puis ré-apparait mais cette fois à Brisbane, pour de-nouveau disparaitre et revenir à Sydney mais cette fois à 7000$ ! Nos cœurs s’accrochent !

Point plutôt positif, Ash n’est pas du tout fermé à l’idée de nous le vendre bien que nous soyons à l’autre bout de la planète et qu’on arrive après qu’il ait quitté le pays. Mais nous ne voudrions tout de même pas jeter plus de 5000 € dans la nature sans savoir si cette voiture existe belle et bien. Nous contactons alors tous nos amis en Australie afin de savoir si l’un d’eux connaîtrait quelqu’un à Sydney susceptible d’aller voir si cette voiture existe bien en chair et en os, ou plutôt en tôle et en pneus ! C’est Jordane qui trouvera la personne providentielle, se souvenant que nous avions rencontré Stuart, un ”sydney-sider” (habitant de Sydney) durant le Mongol Rally, qui nous avait proposé de nous faire visiter la ville pendant notre séjour.

Entre temps Ash, le vendeur, commence à trouver le temps long et a déjà plusieurs personnes intéressées.

Nous contactons alors Stuart, n’y croyant plus beaucoup et lui exposons la situation. Il nous répond en à peine quelques heures : il peut aller jeter un coup d’œil à ce 4×4, génial ! Pour rester dans la course, nous faisons une offre à 7500$ afin de ne pas le louper. Ash nous prévient qu’il a eu une offre à 7400$ et que nous sommes pour l’instant les meilleurs enchérisseurs. Se battre à coup d’enchères pour remporter la voiture, ce n’était pas vraiment au programme !

Autre surprise, Mike, un ami de Rodolphe qui habite à Melbourne, est lui aussi tombé sous le charme de la voiture. Il propose de nous la racheter à la fin de notre périple, si elle est à la hauteur de nos espérances ! Le plan parfait ! Pour nous, il est temps de faire nos sacs et de partir pour Bangkok, où nous retrouverons Simon et Mylène pour une longue journée d’escale avant d’atteindre Chiang Mai et ses lanternes. C’est le jour où tout va se jouer et évidement le seul jour où nous n’aurons pas internet facilement… Le stress monte de plus en plus !

Le jour où tout se joue…

À peine posés à Bangkok que nous vérifions nos mails. Pour l’instant, rien de nouveau mais notre ami Stuart a rendez-vous aujourd’hui-même pour voir la voiture. Nous retrouvons Simon et Mylène et allons en ville, d’abord à la gare centrale de train – toujours pas de nouvelles – puis dans un café, à quelques stations de métro de là. Entre une glace au goût chimique et des beignets de banane frits, Rodolphe vérifie continuellement ses mails pour être sûr de ne rien rater. Stuart finit par appeler pour nous faire part de ses impressions sur la voiture. Pour lui, tout a l’air impeccable, en bon état, et le vendeur a l’air honnête. C’est déjà un grand soulagement de savoir que cette voiture existe bel et bien et que quelqu’un que nous connaissons a pu la voir en vrai et l’essayer !

Quelques minutes plus tard, c’est Ash qui nous envoie un e-mail pour savoir ce que nous proposons. Nous le rappelons via Skype. Les autres acheteurs ont fait une offre à 7700$, nous en proposons 7900$, notre dernier prix. Il contacte les autres …mais ces derniers ne peuvent pas dépasser les 7700$… Nous recevons alors l’e-mail de tous nos espoirs : ”The car is yours guys for 7900. If you would like to call me back”   (La voiture est à vous les gars, à 7900. Si voulez me rappeler… ) Yeeeeppeeeeeh ! En plein milieu d’un café à Bangkok, en escale entre une île et un bus couchette pour Chiang Mai, nous venons d’acheter un 4×4 par Skype sans même jamais l’avoir vu ! Alors que Simon et Mylène sont un peu dans le gaz à cause du décalage horaire et qu’on les bassine depuis leur arrivée avec cette histoire de 4×4, nous sommes enfin soulagés après près d’une semaine de stress intense !

Toyota Sold

Arrivée à Sydney, enfin !

Revenons-en à notre descente de l’avion à Sydney, 13 jours plus tard. Ash le vendeur, qui a donc quitter le pays avant notre arrivée, a laissé la voiture dans le garage d’un ami à lui, que nous nous empressons de rejoindre. Michael nous donne les clés et nous mène au carrosse en un éclair, il doit partir au cinéma et est très pressé. Nous n’avons même pas le temps de vérifier que les papiers sont bien à l’intérieur et ne savons même pas comment sortir du parking ! On pose nos sacs à l’arrière, contemplons la voiture sous toutes ses coutures… Clé dans le contact, quart de tour et le moteur vrombit. Nous trouvons enfin le chemin de la sortie et faisons nos premiers tours de roues dans Sydney !

Le temps de la remplir de gasoil et de faire un plein de courses pour dîner et nous voici aux portes du camping de Sydney, au nord de la ville. Le gardien nous donne notre emplacement et nous allons enfin pouvoir découvrir toutes les surprises dont regorge cette voiture, à commencer par le lit… tout moisi ! Voulant bien faire les choses, Ash avait à priori lavé tous les draps et taies d’oreillers de la tente de toit. Mais il n’avait probablement pas assez attendu que ce soit sec avant de replier la tente. Du coup, les oreillers sont humides et plein de moisissure mais le reste n’est que très peu touché. Un petit tour chez IKEA le lendemain et nous aurons de beaux draps de lit et des oreillers tout neufs !

Après avoir réglé les paperasses administratives et payé la ”vignette” pour notre carrosse, rempli les bouteilles de gaz, contracté une assurance et acheté une bonne carte, nous quittons Sydney 4 jours plus tard pour entamer notre grande boucle à travers le pays.

Puisque nous pourrons visiter tranquillement Sydney à notre retour fin janvier – après avoir laissé la voiture à Melbourne – nous décidons pour le moment de profiter du 4×4 pour aller faire un tour sur les fameuses plages de la ville, Bondi beach et Manly beach (un peu décevantes face à leur réputation). Rodolphe insiste pour déguster un fish and chips typique, fade et hors de prix, les pieds dans le sable.

Nous prenons ensuite la direction du nord jusqu’au parc national de Myall Lakes, à 270 km de Sydney. Du côté de Seal Rocks, le temps un peu capricieux nous permet de contempler un double arc-en-ciel au-dessus de la mer. Nous continuons encore un peu notre chemin pour rejoindre le camping de Yagon en bord de mer : c’est notre première track réservée aux 4×4 ! Pour notre première vraie nuit de camping en pleine nature, nous sommes gâtés. L’endroit est pratiquement désert et nous avons une belle vue sur les dunes de sable au coucher du soleil.

Quant à la voiture, nous sommes ravis : ta tente de toit est vraiment facile à déplier/replier, le lit est très confortable, le matériel de cuisine au top et le frigo nous permet même d’avoir du frais. L’aventure australienne commence !

 

Une réponse à Notre carrosse du Pacifique

  1. Samuel

    Excellent, c’était osé ! :)

Les commentaires sont fermés.