Le bleu incroyable des lacs Tekapo et Pukaki

Lake Tekapo 00
Jour 202 à jour 203
du jeudi 30 janvier au vendredi 31 janvier 2014
Le majestueux Lac Tekapo

Après notre petit pique-nique rapide à Akaroa (le chauffage à fond dans la voiture pour nous réchauffer) nous reprenons enfin la route, sous quelques gouttes de pluie. Notre prochaine étape pour aujourd’hui : les grands lacs des Alpes du Sud de la Nouvelle-Zélande. Une fois de plus, nous évitons les grandes routes et faisons de petits détours en passant par Darfield, Géraldine et Fairlie, des villes (villages ?) qui bordent le sud du parc national du Mount Cook, dans la région de Mackenzie. À peine passons-nous le village de Burkes Pass que le beau temps est de retour. Tout autour de nous, des champs dorés et au loin, nous devinons les pics enneigés du Mount Cook, le plus haut sommet d’Australasie qui culmine à 3755m, et des autres montagnes environnantes. En Nouvelle-Zélande, pas moins de 27 montagnes font plus de 3050m… dont 22 dans cette région !

Quelques kilomètres plus loin, nous arrivons enfin au Lac Tekapo et nous nous émerveillons devant ses eaux bleu profond en cette fin d’après-midi. Nous faisons une petite balade sur la rive où nous découvrons l’église en bord de lac « Church of the Good Sheperd » (l’église du bon berger) construite en bois de chêne et en pierre en 1935. Un lieu de prédilection pour les mariages romantiques ! Un peu plus loin, nous croisons la statue d’un chien de berger, un collie, érigée en hommage à tous les chiens de bergers qui ont aidé au développement de Mackenzie. C’est le légendaire James ‘Jock’ Mackenzie qui a donné son nom à la région, après y avoir conduit les troupeaux qu’il avait volé dans les années 1840. Quand il fut finalement attrapé, les autres colons de l’époque ont réalisé le potentiel de cette magnifique région et lui ont emboité le pas. Bien sûr, des centaines d’années avant eux, les Maoris traversaient déjà le Mackenzie lorsqu’ils se rendaient de la Banks Peninsula, au sud-est, à Otago, au sud-ouest.

Nous ne pouvons pas nous attarder plus longtemps car il nous faut trouver un endroit où camper pour la nuit… Nous faisons un petit crochet le long de l’est du lac mais nous ne trouvons qu’un camping aménagé hors de prix rempli à craquer de vans, tentes, camping-cars et autres. Les vacances d’été battent bel et bien leur plein ! Nous décidons de continuer un peu jusqu’au lac Alexandra. Un panneau un peu caché en bord de route indique qu’il y a un camping un peu plus bas, le long du lac. Nous traversons des champs et la lumière de la fin d’après-midi est superbe. Au loin, nous apercevons l’observatoire du Mount St John perché au sommet de la colline.

Nous finissons par atteindre le camping (après nous être demandé s’il existait vraiment) mais il est si lugubre que nous faisons demi-tour : complètement plongé dans l’ombre avec des poubelles débordantes, de petites maisons délabrées aux fenêtres cassées et aux caravanes rouillées qui n’ont pas l’air d’avoir bougé depuis des décennies. Nous faisons demi-tour et nous continuons sur la route qui rejoint le lac McGregor et nous avons de la chance : au bout de la route, nous trouvons une aire de camping presque déserte pour la saison (nous sommes quand même une vingtaine de voitures). Au petit matin, avant de nous remettre en route, nous voyons quelques cygnes noirs s’ébattre à la surface de l’eau.

Petit déjeuner à l’Astro Café de l’observatoire du Mt St John

Nous décidons d’aller petit-déjeuner à l’Astro Café, au sommet du Mt St John, directement au pied de l’observatoire. La vue à 360° sur le bassin de Mackenzie et ses lacs est magnifique. Sur les murs du pavillon entièrement vitré de la cafétéria est écrit au marqueur qu’il s’agit du 4ème endroit le plus ensoleillé de Nouvelle-Zélande et on veut bien les croire ! Sur la vitre d’à côté, on nous souhaite un bon nouvel an chinois (le cheval, cette année) et nous comprenons un peu mieux pourquoi depuis quelques jours nous croisons des cars entiers d’asiatiques. Le Mt St John est aussi renommé pour la clarté de son ciel la nuit, d’où – bien évidemment – la présence de l’observatoire. D’ailleurs une fois la nuit tombée, l’Astro café accueille Fraser Gunn, un astrophotographe qui fait découvrir sa passion aux voyageurs intéressés et dont on peut admirer quelques clichés dans la cafétéria.

Les eaux turquoise du lac Pukaki

Nous reprenons la route, cette fois-ci vers le lac Pukaki un peu plus loin, à 45km de là. La route est un peu sinueuse et au détour d’un virage, nous voyons le lac apparaître, avec en toile de fond le Mount Cook enneigé. Pas un nuage à l’horizon et le lac est… bleu turquoise ! Wow. Nous nous arrêtons un moment le long de la rive de galets ronds pour faire de très belles photos. Quelle chance nous avons ! La couleur du lac est vraiment surréelle et les montagnes, majestueuses. Un petit coup d’œil à nos guides de voyage nous apprend ce qui rend possible une telle couleur : c’est à cause de la « farine de pierre » présente dans l’eau, un sédiment qui s’est créé là à l’époque où le bassin du lac a été colonisé petit à petit par un glacier à fond pierreux. Les roches (du bassin et du glacier) se sont moulues entre elles au fur et à mesure, déposant cette farine dans l’eau dégelée du glacier, lui donnant cet aspect laiteux qui réfléchit les rayons du soleil…

Nous continuons un peu jusqu’à la petite ville de Twizel où nous achetons 2 croques-monsieur locaux avant de devoir continuer notre route. Nous avons du mal à quitter la région des beaux lacs des Alpes du sud de la Nouvelle-Zélande, mais notre journée n’est pas terminée… Si nous ne voulons pas rater la visite du Steampunk Headquarters à Oamaru qui ferme à 16h, il faut nous mettre en route de suite !

Vous devez être connecté .