De Wanaka à Picton, toute la côte Ouest !

Blue Pools 00
Jour 206 à jour 209 du lundi 3 au jeudi 6 février 2014
Les eaux cristallines des Blue Pools

Après notre pique-nique aux abords du lac Hawae, nous reprenons la route vers le nord en longeant le superbe lac de Wanaka. Nous roulons jusqu’à ce qu’un panneau attire notre attention : ”Blue Pools” – 10 minutes de marche. Ha tiens ? Le nom a l’air prometteur ! Nous nous armons de nos appareils photos pour aller faire cette petite balade digestive. Après une jolie marche à travers une forêt se composant essentiellement de fougères, nous arrivons sur un petit pont suspendu surplombant une rivière d’un bleu clair et transparent saisissant ! Non, les photos ne sont pas retouchées (une fois de plus) et c’est bien la véritable couleur de l’eau que vous voyez là. C’est tellement incroyable que nous prendrons quelques centaines de photos du site (qui se révéleront quasiment toutes identiques lors du tri) ! Un jeune français fait justement trempette dans ces eaux limpides mais visiblement glaciales… de quoi nous décourager un peu. Nous passons tout de même un moment à apprécier la beauté du paysage avant de nous en retourner au van.

Cascades en pagailles

La poursuite de notre route sera ponctuée de plusieurs arrêts, chaque fois qu’un panneau nous indiquera une chute d’eau ou une petite marche à faire dans la forêt. Ainsi l’on s’arrête voir les Fantail Falls, les Thunder Creek Falls, ainsi qu’une très grosse chute d’eau de la rivière Haast qui passe sous un des ponts de notre route. L’eau est toujours aussi claire et transparente, mais peut-être d’un bleu un peu moins irréel qu’aux Blue Pools. Chaque chemin menant aux chutes nous fait passer dans de belles forêts.

Glaciers sous la brume

À peine avons-nous passé les gorges de Haast et quitté les méandres de la route à travers les montagnes que nous sommes plongés dans un épais brouillard, à n’y rien voir à plus de 100m ! Nous subissons en fait le même effet que sur l’autre côte, où la pluie tombait sur le rivage et non pas à l’intérieur des terres, protégées par des chaînes de montagnes de part et d’autre du pays. Nous poussons tout de même la route jusqu’au petit lac de Paringa où nous passerons la nuit… sous la pluie.

Le lendemain, notre route nous mène jusqu’aux glaciers de Fox et de Franz Josef, dont nous ne verrons même pas le moindre morceau de glace à cause du brouillard. Dans notre malheur, on décide de se redonner du baume au cœur en allant dans un restaurant chinois/indien à Franz Josef. Le plat du jour comporte visiblement du crabe et je crois comprendre qu’il s’agit d’un riz frit au crabe avec une sauce crémeuse à la mangue. Parfait !

Le serveur vient et nous propose de-nouveau le plat du jour avec un tel accent que nous ne comprenons quasiment rien mais que nous nous empressons de commander. Mais lorsqu’arrivent nos plats, pas une trace de riz… Aurais-je mal compris, comme souvent… ? Et cette chose informe au milieu de l’assiette, noyée dans la crème, qu’est-ce donc ? Un soft-shell crab, un crabe à carapace molle ! Diable, mais comment est-ce qu’on mange cet animal-là ?! À la relecture du panneau-menu à l’entrée, il n’était en fait nullement question de riz frit mais bien d’un ”Stir-fried soft-shell crab with creamy mango sauce”… Et oui, tout y était, mais nous n’avions pas deviné qu’un soft-shell crab était en fait un crabe à carapace molle entier et j’avais confondu le stir-fried avec fried rice… vieux souvenir de Thaïlande ! Jordane abandonne assez vite son combat contre la bête qu’il faut avaler toute crue sans réfléchir (intérieurs, carapaces et pattes compris) mais je m’acharne à sortir les morceaux de chairs des pattes et je réussis presque à vaincre la bête entière ! Mais nous sommes tout de même déçus, le goût de l’ensemble n’étant pas terrible…

Encore plus déprimés qu’à l’entrée du restaurant, nous reprenons la route sous la pluie, dans la brume et roulons toute l’après-midi jusqu’au petit camping du lac Mahinapua où nous passerons une nouvelle nuit sous la pluie, après avoir mangé un très bon riz Uncle Ben’s gavé de fromage fondu (vous l’attendiez, non ?) !

Les gorges d’Hokitika

À la lueur du jour, le lendemain, les nuages semblent s’être dissipés et le soleil repointe le bout de son rayon. Nous nous dirigeons alors jusqu’à l’office du tourisme de la petite ville d’Hokitika, qui nous indique comment nous rendre jusqu’aux gorges d’Hokitika, réputées magnifiques. Et effectivement, elles ne déméritent pas leur réputation et un peu comme aux Blue Pools, nous prendrons d’innombrables photos de cette magnifique gorge et de ses eaux d’un bleu toujours aussi splendide. Là encore, pas de Photoshop, les photos rendent bien hommage à cet endroit spectaculaire où nous nous arrêtons un long moment.

Après avoir bien pris le temps de savourer ce lieu, nous nous dirigeons vers le Lac Kaniere, non loin de là, pour pique-niquer. Le lac n’a rien d’exceptionnel mais l’endroit est calme et plaisant. En guise de promenade digestive, nous nous rendons aux Dorothy Falls, juste à côté de là.

Les Pancakes Rocks

De retour sur la route de la côte, nous roulons la première moitié de l’après-midi jusqu’aux Pancakes Rocks, situées juste avant la commune de Punakaiki. Ces formations rocheuses sont assez particulières et sont composées de plusieurs strates, accumulées les unes sur les autres, ce qui pourrait ressembler à de gigantesques tas de petites crêpes épaisses empilées, qui donnent son nom au site. Le site comporte également quelques ”blowholes” (des souffleurs), des cavernes dans laquelle s’engouffre la mer à marée haute, soufflant ainsi l’eau qui jaillit tel un geyser par un trou. Malheureusement, nous sommes-là à priori à marée basse et les blowholes ne soufflent pas. Le site offre une petite promenade en boucle d’un bon quart d’heure, mais nous restons un peu plus longtemps histoire de profiter un peu.

Direction l’île du nord !

Après avoir quitté les Pancakes Rocks et la côte ouest, nous roulons encore près de 140 km pour rejoindre la ville de Murchison, de retour dans les terres. Il nous reste peu de temps pour parcourir l’île du Nord où nous voulons aussi voir de belles choses et il nous faut alors décider si l’on peu se permettre de rester encore un peu sur l’île du Sud ou non. Nous sommes proches du parc national d’Abel Tasman (superbe) où j’ai déjà tenté par 2 fois de m’y rendre mais il pleuvait à chaque fois. Cette fois-ci il fait beau à priori mais il nous faudrait au moins 2 jours sur place et nous manquons de temps… Ce sera donc pour une prochaine et nous décidons de prendre le ferry dès le lendemain.

Nous passons la nuit à Murchison dans un petit camping aux hôtes très sympathiques, avant de poursuivre notre route jusqu’à Picton, ville de départ du ferry pour l’île du nord. Après près de 250 km, nous embarquons vers 13h sur ce véritable parking flottant qui arrivera à Wellington après plus de 3h de traversée. Au revoir l’île du Sud, et bonjour l’île du Nord !

(PS > Nous aurons la charmante surprise un mois plus tard de recevoir un e-mail de Richard, notre loueur : nous avons écopé d’une amende pour excès de vitesse quelques kilomètres avant l’arrivée à Picton ! Oui mais bon, c’était ça, ou rater notre ferry !)

Vous devez être connecté .