Au pays des Hobbits !

Hobbiton Movie Set 00

Jour 212
dimanche 9 février 2014

Qui dit Nouvelle-Zélande dit paysages incroyables (comme vous avez pu vous en rendre compte au fil de nos derniers articles !)… Mais depuis une dizaine d’années, la Nouvelle-Zélande est aussi devenue synonyme de la Terre du Milieu, grâce au succès incroyable des adaptations de l’oeuvre de JRR Tolkien par Peter Jackson (mais ça aussi, vous le saviez déjà!)

En bon geeks que nous sommes, il était évident que nous irions faire un tour du côté du lieu de tournage d’Hobbiton, la ville des Hobbits, conservée en l’état après la fin des tournages. Après avoir quitté la région thermale de Wai-o-Tapu et ses fumeroles, nous nous rendons donc à Matamata. Là, nous parcourons encore une trentaine de kilomètres avant d’arriver à l’Auberge de la Comté (The Shire’s Rest) d’où partent les excursions pour aller visiter la fameuse Hobbiton, croisant au passage des troupeaux de moutons qui prennent les petites routes d’assaut. Nous y arrivons en fin d’après-midi alors que le gros des touristes a déjà du se remettre en route.

Petite douche froide en voyant le prix des deux heures de visite… C’est vraiment indécent ! Mais l’auberge est déserte et la lumière de cette fin de jour est magnifique, peignant de doré les champs de blé environnants. Alors nous craquons, mais ne prenons qu’un billet : Rodolphe décide de se sacrifier et de rester m’attendre là le temps de l’excursion. Au bout de 8 mois de voyage, c’est d’ailleurs la première chose que nous ferons séparément ! Je m’arme donc de mon fidèle appareil-photo pour essayer de capturer au mieux l’univers de ce petit village sorti tout droit de l’imagination d’un écrivain…

J’attends donc le prochain bus en direction d’Hobbiton. Le mien se nomme Gandalf et finit par arriver en crachotant, brinquebalant. Grande surprise : j’avais remarqué que l’auberge était effectivement peu remplie mais je ne m’attendais pas à ce que nous ne soyons que 6 à prendre place dans le bus ! Une visite privée d’Hobbiton ? Quelle chance ! Pour m’assurer d’avoir fait le bon choix, j’avais vérifié les commentaires de l’excursion sur Trip Advisor en attendant le départ et la plupart des reproches concernaient l’afflux incessant de touristes, ce qui gâchait la sortie (et les photos), le tour devant alors se dérouler au pas de course…

Nous nous mettons en route pour… le milieu de nulle part ! Hobbiton se situe au coeur de la ferme privée de la famille Alexander. Il y a une dizaine d’années, c’est en survolant la région en avion que Peter Jackson, en repérage, tombe sous le charme de cette contrée parfaite. Une rivière, des collines, quelques petites mares et surtout, absolument rien aux alentours pendant des dizaines de kilomètres, pour lui c’est là que devra se tourner Hobbiton ! Quand Peter Jackson s’en va frapper chez les Alexander, ceux-ci tombent des nues… (ils n’avaient jamais entendu parler du Seigneur des Anneaux) et sont loin de se douter de l’engouement médiatique que va provoquer la sortie de la première trilogie. Pour tout vous dire, c’est l’armée néo-zélandaise qui est mise à contribution pour créer la piste que le bus Gandalf parcoure en ce moment même car jamais les camions de la société de production n’auraient pu passer sur les pistes utilisées par les tracteurs. La Terre du Milieu, un effort national !

Nous arrivons à Hobbiton quelques minutes plus tard et je tombe sous le charme de l’endroit à peine descendue du bus qui s’en retourne aussitôt. Le calme règne, les touristes des groupes précédents ont déjà du regagner l’auberge. L’endroit est à nous. Et alors que je m’attendais à trouver quelques vestiges de petites maisons hobbites à flanc de colline, c’est un véritable village qui m’accueille : potagers, panneaux de bois avec noms des quartiers, chaumières aux cheminées fumantes, du linge à sécher au soleil, des fruits et des légumes (véritables) attendent sur un coin de table. Une armée de jardiniers s’activent ici en journée mais nous n’en croisons aucun. Les maisons se succèdent et ne se ressemblent pas. Chacune est dédiée à un personnage particulier : le boulanger, le charcutier, le forgeron… Il suffit de voir les petits objets laissés sous les porches pour essayer de deviner qui appartient à qui. Disney, à côté, c’est de la rigolade ! Je m’attends à voir débarquer Gandalf et Frodon d’un instant à l’autre. Notre guide nous abreuve d’anecdotes. Plusieurs maisons sont de proportions différentes : certaines à taille humaine, d’autres à taille de hobbit, pour jouer avec les perspectives… Malin !

Nous traversons le potager, admirons quelques maisons et arrivons véritablement au coeur du village où trône de beaux arbres et une mare. Au loin, une grande colline s’élève et je repère d’ores et déjà Cul-de-Sac, la maison de Bilbo et Frodon Baggins. Mais pour le moment, c’est la mare qui retient notre guide : elle n’existait pas à l’origine et a été créée pour refléter au mieux le village qu’avait imaginé Tolkien. Mais celle-ci a tellement plu à la faune et à la flore locale que des grenouilles très bavardes y ont élu domicile quelques jours plus tard… rendant impossible tout tournage tant leurs coassements joyeux se transformaient en cacophonie ! Ils ont donc du déplacer à la main les grenouilles envahissantes une par une dans une autre mare un peu plus loin et se dépêcher de tourner avant qu’elles ne reviennent quelques jours plus tard…

Nous gravissons lentement la colline et nous arrivons à Cul-de-Sac. Il s’agit de la seule maison dont ils aient creusé l’intérieur. Les autres maisons ont simplement un petit sas creusé derrière la porte pour que les acteurs puissent faire semblant d’entrer ou de sortir. Cul-de-Sac, en revanche, possède un vestibule complet (à échelle humaine). La plupart des autres scènes intérieures ont été tournées au studio de Wellington. Cul-de-Sac, de part son importance dans l’histoire et dans les tournages, est interdite au public pour éviter toute dégradation…

Nous passons de l’autre côté de la colline où 42 autres maisons hobbites ont été construites il y a peu pour la seconde trilogie, le Hobbit. Elles sont flambant neuves et nous n’avons pas non plus le droit d’approcher de trop près. Il a fallu près de deux ans pour construire cet addenda… qui n’a servi que pour 12 jours de tournage ! Notre guide nous apprend d’ailleurs que dans le premier volet du Hobbit, aucun des plans tournés n’a résisté à la coupe au montage. Pour le moment, donc, tout cela pour rien, si ce n’est pour le plaisir des yeux !

Notre guide attire notre attention sur l’arbre qui trône au-dessus de Cul-de-Sac. Déjà, le « casting » de l’arbre parfait qui corresponde à la description de Tolkien n’a pas été une mince affaire. Malheureusement, dans le livre de Tolkien, il s’agit d’une espèce particulière (je ne me souviens plus laquelle) et comme cela ne correspondait pas, les équipes de Weta (de grands passionnés perfectionnistes) se sont retrouvés à coller-fixer-attacher à la main des feuilles différentes à ses branches. Un travail titanesque que personne ne remarquera jamais ! Sauf que pour le Hobbit, l’arbre avait vécu, laissé en l’état et les feuilles s’étaient décolorées…Il a donc fallu tout refaire à la main quelques jours avant le tournage, une fois de plus… Au delà de l’arbre, d’ailleurs, le village a entièrement été rénové pour le Hobbit. Il a été fermé au public presque deux ans, le temps de tout remettre en état. C’est là que tous les détails ont fait leur apparition : le pain du boulanger, le potager, les outils du forgeron, les fleurs, etc. Dans les premières années de l’existence du site, ce n’était pas grand chose de plus que de voir des portes en bois le long des collines. (La famille Alexander a d’ailleurs du se battre pour avoir le droit de faire visiter le site au public car à l’origine, tout devait être détruit une fois le tournage achevé). C’est donc une grande chance que nous décidions de le visiter à cet instant !

Nous finissons par redescendre de la colline pour nous approcher de la place des fêtes où se situe l’une des scènes mémorables du Seigneur des Anneaux : lors de son 111ème anniversaire (si ma mémoire est bonne), Biblo organise une immense fête au pied d’un arbre immense et décide de disparaitre grâce à l’anneau de Sauron qui le rend invisible. L’arbre géant trône là, lui aussi ayant passé un casting sévère. Mais cela ne s’arrête pas là : pour que la scène de l’invisibilité soit la plus crédible possible, elle a du être tournée en studio (pour pouvoir contrôler la lumière car cela se passe de nuit). Et au lieu d’utiliser un fond vert, les équipes de Weta ont tout simplement…moulé l’arbre géant, et l’ont reconstitué dans les studios de Weta. Pour une scène de quelques secondes. Un travail de fourmi où rien n’est laissé au hasard.

Nous terminons la visite par les maisons des acolytes du Seigneur des Anneaux (Pippin, Merry, Sam Gamegie) avant de faire une petite balade en forêt pour atterrir devant une magnifique maison à roue à eau. Nous traversons le pont de pierre et atterrissons à l’auberge du Dragon Vert, entièrement aménagée (à l’intérieur) pour tourner le Hobbit (l’extérieur date lui du Seigneur des Anneaux). J’y déguste une délicieuse bière brassée là et qu’il est impossible de trouver ailleurs. Je ne sais pas si c’est parce qu’elle est si fraîche, mais elle est vraiment délicieuse !

Je discute un moment avec l’aubergiste et notre guide, profitant des lieux où rien n’est laissé au hasard. De petites annonces en lettres cursives peuplent le bois des murs. « Manteau d’invisibilité perdu ! » Je resterai bien dans cet univers si féérique encore longtemps, mais il est déjà l’heure d’aller retrouver le bus… et mon amoureux, à qui je m’empresse de montrer toutes les belles photos que je viens de prendre. « Mais cette maison jaune-là, c’est pas sa 40ème photo ? »

PS > Pour vous dire à quel point nous n’avons pas l’habitude de nous séparer, nous n’avons pas pensé à mettre dans mon sac le petit GPS qui capte nos mouvements… D’où l’absence de trajet sur notre carte pour cette fois-ci ! ;-)

Vous devez être connecté .