Une semaine au pays du matin calme

Coree 00

Jour 76 à jour 82
du jeudi 26 au mercredi 2 octobre 2013

Busan

Après notre traversée en hydrofoil depuis le Japon, nous arrivons en fin d’après-midi à Busan, grande ville côtière de Corée du Sud et deuxième ville la plus importante après Séoul. Après avoir traversé la ville en taxi, nous arrivons dans un quartier un peu moins chic, en bord de mer. Un peu du genre cuisine et égouts sur le trottoir. Le taxi s’arrête et nous demande de descendre. Non, non, on se souvient de la description sur Internet de notre hôtel de luxe, ça ne peut pas être là ! Mais si, malheur, c’est bien là (après avoir traversé deux étages d’arrière-cuisine). Nous n’aurons, certes, pas été trompés sur la vue sur la mer et la ville depuis notre chambre mais pour le reste, ça nous rappelle vaguement certains hôtels du Mongol Rally :)

Nous profitons du lendemain pour nous balader sur la grande plage de Haeundae, qui fait la réputation de la ville et qui se voit accueillir un important festival de films chaque année (c’est un peu leur Croisette). Nous allons également visiter le temple de Beomeosa dans les collines du nord de la ville, pour échapper un peu à l’agitation citadine.

Gyeongju

Un jour et un train plus tard et nous voici à Gyeongju, importante ville culturelle du pays, une ancienne capitale du temps de la dynastie des Shilla. Sur les conseils avisés de Samuel, un cousin de Rodolphe, et de sa compagne Minju, originaire de Corée, nous partons en direction du temple de Bulguksa et de la grotte de Seokguram au sud-est de la ville. Le premier, érigé en l’honneur des parents du régent l’ayant fait bâtir, est assez impressionnant de part sa taille et de son nombre de bâtiments. Il faut suivre tout un dédale d’escaliers pour parcourir tous ces temples à flanc de colline.

La seconde est une grotte artificielle, érigée elle aussi en l’honneur des parents du fameux régent mais… ceux de ses vies incarnées précédentes (évidemment!). Elle abrite un bouddha, apparemment très caractéristique et particulièrement beau. Mais peut-être est-ce à cause des sempiternelles rénovations ou parce que nous avions déjà vu un certain nombre de bouddhas… toujours est-il que celui-ci ne nous laissera pas un souvenir impérissable (bien que Jordane ait réussi à dérober une photo interdite de l’endroit).

Notre balade en ville du lendemain dans le parc abritant nombre de tumuli (des tombes royales ensevelies sous des collines, dont une seule a été creusée et est maintenant visitable), sera vite écourtée par la pluie torrentielle qui s’abat sur nous. Nous avons tout juste le temps d’attraper un taxi pour récupérer nos sacs à l’hôtel avant de nous rendre à la gare, direction Séoul !

Séoul

C’est avec surprise que nous montons dans un TGV bien de chez nous, un peu déçus, presque, que ce ne soit pas aussi moderne ou futuriste que les Shinkansens japonais. À Séoul, nous aurons l’occasion de visiter le sanctuaire de Jongmyo, dédié aux esprits des membres de la famille royale. Une allée en pierre leur est d’ailleurs consacrée et gare aux sombres mortels qui oseraient mettre un pied dessus ! Nous flânons également dans les quartiers d’Insa Dong et de Myeong Dong avant de nous rendre au pied de la Séoul Tower afin d’admirer la vue sur la ville de nuit.

La DMZ

Nous profiterons de notre dernier jour en Corée du Sud pour nous rendre dans la fameuse zone démilitarisée qui sépare les deux Corées. Nous commençons par la visite d’un des 4 tunnels creusés en secret par la Corée du Nord dans le but d’envahir le sud. Bien sûr, malgré les preuves évidentes laissées sur place alors qu’ils battaient en retraite, le Nord réfute toujours et accuse le Sud d’être à l’origine du tunnel. Ce tunnel aurait permis l’invasion de plus de 3000 soldats par heure et il était pratiquement terminé quand la Corée du Sud s’en est rendu compte ! Il existerait beaucoup d’autres tunnels qui n’ont pas encore été découverts. Quelle histoire !

On y apprend également par le biais de différentes expositions sur place ce qui a déclenché le conflit et tous les événements qui ont eu lieu depuis (évidemment, principalement des exactions du Nord entre essais nucléaires, menaces et exécution de soldats américains dans la base neutre). La tension est plus que palpable lorsque nous arrivons au point de vue surplombant la DMZ. Au delà de cette bande de terre inhabitée depuis plus de 60 ans (ce qui fait le bonheur de la faune et de la flore), on peut observer un petit bout de la Corée du Nord, et avouons-le, c’est assez captivant. La ville nord-coréenne qui nous fait face est une ville « vitrine » en carton pâte, destinée à donner le change aux sud-coréens. Autre bizarrerie de ce pays coupé en deux mais qui garde espoir d’une réconciliation prochaine : une station de train a été ouverte dans la DMZ, pimpante, moderne et ultra prête à ouvrir ses guichets pour lancer ses trains de l’espoir vers la Corée du Nord. Pour l’instant, il s’agit bien sûr d’un terminus… mais les pancartes indiquant Pyongyang sont belles et bien là !

2 réponses à Une semaine au pays du matin calme

  1. Romain R

    Super article! J’imagine qu’à force d’en voir des bouddhas c’est comme nos églises, on devient habitués ;)
    Pas envie d’aller visiter cette fameuse Corée du Nord ?

    • Rodolphe

      Merci Romain !
      Oui exactement, on s’habitue… Du coup maintenant on a décidé de ne pas se déplacer pour des bouddhas de moins de 17,5m… En dessous, trop petit ! ;)
      Si, on serait bien allé visiter la Corée du Nord mais c’est relativement compliqué ! Et de toute façon il aurait fallu passer par la Chine.

Les commentaires sont fermés.