Le Delta du Mékong

Mekong 00

Jour 99 à Jour 101
du samedi 19 au lundi 21 octobre 2013

Arrivée à Ben Tre

Nous arrivons donc à l’aéroport d’Ho Chi Minh après un court vol depuis Dong Hoi, au centre du pays. Nous vous l’avouons, Hanoï ne nous ayant pas laissé un souvenir impérissable, nous ne prévoyons même pas de visiter la mythique ville de Saïgon ! Nous ne voulons qu’une chose : échapper à la pluie et à la ville le plus vite possible. Nous prenons donc un taxi qui nous emmène – non sans mal – à une gare de bus. Nous y achetons un ticket pour Ben Tre, une des villes situées plus au sud, au milieu du Delta du Mékong. Nous y avons réservé une petite chambre dans une auberge étrangement nommée « Le Chalet Suisse ». Et c’est parti pour deux heures de bus avec pour fond sonore un horrible karaoké vietnamien hurlant. Le bus finit par nous déposer à quelques mètres du Chalet suisse où nous rencontrons Thitho, la tenancière des lieux. Mystère résolu pour le nom de son auberge : elle est vietnamienne mais a vécu plus de 35 ans à Genève et est de retour au pays depuis moins d’un an. Ça faisait longtemps que nous n’avions pas parlé français !

À peine nos bagages sont-ils posés dans notre petite chambre que Thitho revient nous prévenir que le guide est là. Un guide ? Ha… Bon, c’est une occasion de voir ce qu’il est possible de faire dans le coin ! Après d’âpres négociations (comme toujours!) nous optons pour un tour d’une journée complète : la matinée au village flottant de Cai Be à 30km de là en mobylette puis l’après-midi sur un bateau pour visiter le Mékong et quelques unes de ses petites iles. Très bien ! Nous profitons du reste de la journée pour nous reposer un peu et nous dinons le soir de « street food » à quelques centaines de mètres de là : il n’y a rien d’autre dans le coin ! Cela nous permet de tester les spécialités du coin dans ces petites échoppes en bord de route : des crêpes vietnamiennes aux légumes et crevettes et un Pho (une soupe) dans la boutique en face (en fait, nous voulions manger des Buns (beignets fourrés) mais avons mal prononcé et mal lu sur la carte…ce sera donc une soupe!)

Comble du hasard, un ami de Rodolphe est en vacances au Vietnam…Et même plus, ils sont à quelques kilomètres de là, eux aussi dans le Delta. Nous prévoyons donc de nous rejoindre le lendemain midi pour passer l’après-midi sur le Mékong ensemble.

Le marché flottant de Cai Be et la ferme aux serpents

Départ très matinal depuis l’auberge où nous grimpons sur deux mobylettes, chacun de nous conduit par un guide. Nous passons par de petites routes sinueuses à travers la campagne du delta et enjambons de nombreuses rivières sur des ponts tous plus tarabiscotés les uns que les autres. Ici les routes ne sont pas larges et jamais une voiture ne pourrait passer ! Nous arrivons en milieu de matinée à Cai Be où nous embarquons sur le premier bateau de notre journée. Nous faisons un petit tour sur la rivière boueuse et agitée (c’est la fin de la saison des pluies) et partons à la rencontre des boutiques flottantes. Ici, le marché se passe sur l’eau et les marchandises s’échangent de bateau en bateau. Nous accostons une petite embarcation remplie de fruits et légumes et y dégustons un ananas très sucré et du jack fruit un peu caoutchouteux. Nous visitons, toujours au fil de l’eau, la ville qui s’est construite sur les rives du Mékong : toutes les habitations sont sur pilotis car il faut compter avec la saison des pluies mais aussi avec la marée !

Nous faisons ensuite un arrêt dans un village artisanal un peu en amont où nous découvrons les secrets de la fabrication de leurs bonbons au caramel et à la noix de coco, la fabrication des feuilles de papier de riz et restons émerveillés devant la fabrication d’une dernière de leurs friandises : un riz soufflé caramélisé. Dans un énorme wok, ils jettent du sable et des grains de riz (encore dans leur écorce) et attendent quelques instants que le tout « pop » comme du pop-corn. Un passage au tamis plus tard et ils récupèrent le riz soufflé qu’ils aspergent d’une mixture de lait de noix de coco et de caramel. Ils étalent le tout sur de grandes plaques de bois et en découpent des petits carrés comme du nougat. Malins, ils récupèrent les écorces des grains de riz pour s’en servir de combustible sous le grand wok !

Sur le chemin du retour, nous faisons un arrêt dans une « snake farm », une ferme aux serpents où nous découvrons d’énormes spécimens enroulés dans des cages (plusieurs d’entre elles sont ouvertes, mais où sont les serpents?). Au milieu d’une petite ile à l’eau saumâtre, nous découvrons un arbre aux reflets vert fluo. Un coup d’oeil de plus près : ce sont des centaines de petits serpents qui font office de feuilles !

Après-midi sur le Mékong

A l’heure du déjeuner, nous retrouvons comme prévu sur le port Philippe et Lucie et nous embarquons tous les quatre sur notre bateau de l’après-midi. Nous ne traversons pas longtemps le Mékong avant de nous retrouver sur une petite ile où nous dégustons du thé au miel, des fruits et où on nous passe un python autour du cou pour la traditionnelle séance photo. Nous traversons la petite ile à pied et de l’autre côté, c’est cette fois ci dans une pirogue que nous embarquons ! Une jeune femme à l’avant du bateau pagaie sous le soleil brûlant, luttant contre le courant. Elle passe une rame à Jordane qui tente de l’aider. Nous remontons le courant un petit moment, admirant la lumière à travers les branches des palmiers et palétuviers. L’eau commence à monter, le courant est de plus en plus fort !

Nous finissons par abandonner la pirogue une fois que nous avons quitté le petit bras du Mékong et nous rendons sur une autre ile où nous déjeunons. On nous propose bien des mets exotiques comme de l’écureuil, du crocodile ou du serpent mais vu les prix exorbitants, nous nous contentons de « fried rice » aux légumes. Une fois que notre guide a fini sa petite sieste dans un hamac, il nous conduit vers un entrepôt de vélos. Petite balade imposée ! Difficile d’en trouver trois qui ne soient pas déjà à plat. Jordane grimpe sur le porte bagage à l’arrière du vélo de Rodolphe puisqu’elle ne sait pas faire de vélo (et oui!). La balade tournera court car la sieste de notre guide ne nous a pas mis en avance et l’eau monte, monte, monte ! L’ile entière commence à être submergée et nous devons même renoncer à visiter un temple non loin que la montée des eaux engloutit peu à peu. La plupart des habitations ici sont encore sur pilotis, bien entendu. Mais comment font ces gens pour vivre ici alors que deux fois par jour les routes disparaissent sous la marée ?

Nous devons aussi renoncer à poser le pied sur l’une des iles prévues au programme car ses digues sont déjà sous l’eau. Tant pis ! Deux fois par an, les marées du Mékong sont impressionnantes à la période de l’équinoxe et à priori, aujourd’hui est un de ces jours. Nous nous rabattons sur la visite de l’île d’un moine qui avait monté son propre culte avec un certain succès. A priori, celui-ci vantait entre autres la polygamie (à hauteur de 15 femmes pour un homme) et la mégalomanie si on en croit les étranges sculptures kitsch laissées derrière lui. Nous attendons la tombée de la nuit en écoutant les histoires folkloriques de notre guide, même si la légende d’un frère et d’une soeur séparés enfants et qui finissent par se marier sans se reconnaitre nous laisse un peu perplexes. Il est temps de sauter de nouveau sur notre bateau pour nous approcher au plus près d’une rive non loin, où les arbres scintillent de centaines de lucioles. Notre guide en attrape même quelques unes dans une petite bouteille en plastique, que nous relâchons un peu plus loin.

Nous rentrons finalement à l’hôtel après cette journée bien remplie et prenons un taxi après une bonne douche pour nous rendre à la ville suivante où nous trouvons un restaurant. Malheureusement, tout y est écrit en vietnamien mais une charmante vietnamienne qui parle un anglais-américain parfait nous vient en aide et s’occupe de commander un festin à notre place.

Direction le Cambodge !

Le lendemain matin, nous reprenons le même bus qui nous ramène à Ho Chi Minh. Nous nous arrêtons à l’hôtel de Philippe et Lucie pour décider de la suite du programme quand nous nous rendons compte qu’un bus à destination de Phnom Penh au Cambodge en part dix minutes plus tard. Allez, c’est parti ! Au revoir le Vietnam, nous avons hâte de découvrir le Cambodge !

Vous devez être connecté .