La nature reprend ses droits à Siem Reap

Angkor 00

Jour 103 à Jour 106
du mercredi 23 au samedi 26 octobre 2013

Tôt matin, nous partons de Phnom Penh en mini-bus pour rejoindre la ville de Siem Reap, centre névralgique pour visiter la région des temples d’Angkor. Nous avions le choix entre 4 types de bus : les gros bus (entre 7 et 9$) étant déjà pleins, nous prenons le tarif mini-bus le moins cher à 11$, presque 2h plus rapide que les gros bus. Ceux à 16$ sont équipés du WiFi à bord, incroyable pour le Cambodge ! Mais surprise, en montant dans notre minibus à 11$, coincés entre tous les sacs de touristes comme nous, il y a bien un réseau WiFi accessible pendant toute la durée du trajet, à condition bien sur qu’il y ait du réseau sur la route !

Un peu plus de 5h plus tard, nous débarquons à Siem Reap, les genoux un peu grinçants après ce trajet très peu confortable… mais qui nous aura permis de faire une première de recherche de 4×4 à acheter pour notre road trip à venir en Australie… mais c’est une autre histoire ! :)

Un chauffeur de tuk-tuk, bien plus jeune que la moyenne des autres chauffeurs et semblant particulièrement sympathique, tient un petit panneau avec nos noms inscrits. L’hôtel que nous avions réservé proposait de nous envoyer quelqu’un mais nous n’étions pas bien sûrs que ça marcherait.

Mr Ton, c’est son nom, nous ramène prestement à l’hôtel où nous pouvons déposer nos sacs. En redescendant à l’accueil, Mr Ton et le staff de l’hôtel nous proposent diverses solutions pour visiter les temples d’Angkor. La petite boucle, la grande boucle, les temples éloignés au nord, des villages flottants…

L’après-midi étant déjà un peu entamé, nous souhaitons simplement voir un petit bout du site, en guise d’apéritif. Mais finalement, nous prendrons le plat de consistance en premier en visitant Angkor Wat ! C’est le plus connu de tous les temples, avec son grand bâtiment surplombé de 3 dômes identiques de forme côniques et se reflétant dans un vaste étang. Mais à peine sommes-nous partis de l’hôtel que quelques gouttes se mettent à tomber et nous finissons la route sous un véritable déluge. Ne sachant pas trop quand cela s’arrêtera, Mr Ton nous prête une grande cape de pluie dans laquelle même Rodolphe nage avec le sac-à-dos, c’est vous dire la taille de la cape ! Mais nous faisons quelques dizaines de mètres à pied pour nous rendre à Angkor Wat – juste le temps d’être totalement détrempés – que la pluie cesse presque aussi subitement qu’elle était arrivée.

Le soleil revient pointer le bout de son rayon et nous prenons le temps de visiter ce grand temple et ses innombrables statues et bas-reliefs. Il y a beaucoup, beaucoup de monde et il parait que ce n’est pas encore la pleine saison touristique ! Nous n’osons imaginer comment ça peut être au plus fort de la saison ! Après avoir fait le tour du temple, nous revenons par l’immense plate-forme d’accès, séparant l’étang en 2 et avons une très belle vue sur Angkor Wat et son reflet, pile au moment de la « magic hour » (meilleur moment de la journée pour prendre des photos).

Il est temps de rejoindre Mr Ton qui nous propose d’aller vite, vite, voir le coucher du soleil depuis une colline non loin de là. Il nous dépose et nous indique qu’il nous faut grimper à pied pendant un petit moment. C’est en fait beaucoup trop tard pour voir le soleil se coucher mais nous faisons tout de même la marche jusqu’au sommet pour nous faire refouler à l’entrée du temple servant de point de vue. Tant pis, on pourra tout de même dire qu’on a essayé ! La redescente à la nuit tombée est un peu plus compliquée sur ce chemin escarpé mais nous regagnons le grand parking où sont garés tous les tuk-tuk où Mr Ton nous retrouve immédiatement ! Nous regagnons l’hôtel et prenons un repos bien mérité.

Le lendemain, nous partons faire un bout de la grande boucle en commençant par le tempe de Ta Phrom, complètement enseveli par la jungle. En réalité, les murs ne tiennent que grâce aux lianes qui les entourent. Si vous coupiez les lianes, tout s’effondrerait. Le temple est d’ailleurs en partie en rénovation. Nous poursuivons avec les temples alentours. Chacun d’eux est un peu différent au point de vue architecture, certains avec des pierres d’une teinte plutôt ocre, d’autres très sombre, d’autres encore entourés d’un grand bassin. Mais il n’en reste pas moins que ce sont tous de vieux tas de cailloux très usés ! :) Mention spéciale au petit chemin de bois qui mène à l’un d’entre eux et qui semble flotter au-dessus des eaux parfaitement calmes et recouvertes de lentilles d’eau de toutes les couleurs.

Après ce grand tour, nous rentrons à l’hôtel et dinons sur place. Il nous faudra encore un 3ème jour pour découvrir une autre grande partie du site, le Bayon et le Baphuon. Le premier est ce grand temple couvert de dômes prenant la frome de visages, certains paraissant plus sympathiques que d’autres auxquels il manque un morceau, un œil, une oreille, la bouche… Il est assez étrange de se promener dans ce grand ensemble, nous sentant parfois épiés par toutes ces grandes têtes.

L’endroit étant surpeuplé de touristes, nous décidons de prendre congé et nous dirigeons vers le Baphuon. Ce temple est un des plus grand puzzles au monde, ayant été détruit au fil du temps mais qui commençait à être reconstruit avant que les Khmers Rouges ne brulent tous les plans, laissant ainsi le temple et ses pièces sans son manuel… De nombreux archéologues s’amusent donc ici à reconstruire l’un des plus somptueux temples du site. Nous restons d’ailleurs un moment à apprécier l’endroit et ses alentours, pour le coup, complètement vide de touristes !

L’après midi, nous changeons un peu d’air et Mr Ton nous proposent d’aller visiter le « village flottant »  de Kompong Phluk. Nous faisons plus d’une heure de tuk-tuk, brimguebalant dans tous les sens à tel point que Jordane est obligée de retenir Rodolphe qui s’est endormi et manque de tomber à la renverse plusieurs fois ! À l’arrivée, notre tuk-tuk devra même se prendre pour un bateau afin d’atteindre l’embarcadère en continuant sa route dans plus de 20cm d’eau !

C’est encore une petite heure de bateau qui nous attend pour atteindre le village. Chaque année, à la saison des pluies, le grand lac de Tonlé Sap gagne beaucoup de terrain et inonde tous ses abords. Le village est donc « flottant » à la saison des pluies, mais il est en fait construit sur pilotis aux abords du lac. Le visiter à la saison sèche doit être tout aussi amusant, avec toutes ces maisons hissées à plus de 6 ou 7m du sol ! Nous nous rendons compte que les premières 45 min de bateau en ligne droite n’était rien d’autre que le trajet que nous aurions fait par la route à la saison sèche.

Nous passons un petit moment à visiter le village à bord de notre embarcation. L’atmosphère qui y règne est paisible et agréable par cette lumière de fin de journée. Avant de retourner à l’embarcadère, notre bateau gagne le grand lac de Tonlé Sap. On sent très vite que nous avons quitté la forêt inondée et que nous sommes bien sur un lac à proprement parler. De l’eau s’étend à perte de vue, à tel point que Jordane pense être sur la mer ! 45 minutes de bateau dans l’autre sens et nous voici revenu à l’embarcadère ou Mr Ton nous attend pour une nouvelle heure de tuk-tuk ! Visiter Kompong Phluk, ça se mérite !

Mais il faut croire que nous n’avions pas encore eu notre dose de sensations et de routes pourries pour la journée : voulant trouver un resto plus sympa que les autres soirs pour notre dernière soirée à Siem Reap, Rodolphe utilise pour la première fois l’application TripAdvisor pour trouver une bonne adresse dans le coin. Tout le monde semble être unanime à propos du Touich Restaurant à 2,5 Km de notre hôtel, mais tous les commentaires s’accordent sur le fait que la route d’accès n’est pas facile du tout et que même les tuk-tuk les plus aguerris s’y cassent parfois les dents ! Nous ressortons donc de l’hôtel, espérant trouver notre Mr Ton, mais celui-ci est déjà parti. Nous indiquons alors le nom du resto à ce nouveau chauffeur et celui-ci tire une drôle de tête mais accepte de nous y conduire. Et effectivement, les commentaires sur TripAdvisor ne mentaient pas ! La route d’accès est non seulement complètement boueuse et défoncée mais surtout dans le noir le plus total. Sensations fortes garanties. Nous ne regretterons pas de ne pas avoir eu Mr Ton pour ce dernier trajet, lui ayant déjà fait subir la route inondée pour l’embarcadère plut tôt dans l’après midi. À peine débarqués au restaurant, nous sommes chaleureusement accueillis par un serveur et on nous apporte la carte où est aussi expliquée l’histoire du restaurant. Il s’agit du restaurant familial d’une chef khmer ayant étudié la cuisine avec de grands chefs français et elle tient la place depuis son retour ici pour travailler avec toute sa famille.

La carte annonce des plats délicieux et nous finirons par choisir tous les 2 un pavé de bœuf au poivre de Kampot, une région très fameuse au Cambodge pour cette épice ! (la bonne viande doit nous manquer… :) Et nous ne serons vraiment pas déçus ! La viande est extrêmement tendre et la sauce au poivre, délicieuse.

Après cet excellent diner, retour en tuk-tuk chaotique jusqu’à notre hôtel. Demain nous reprenons le bus pour Phnom Penh, étape obligée avant de nous rendre dans le Mondolkiri… à la recherche des éléphants d’Asie !

Vous devez être connecté .